Menu

REIKI III


Rédigé le Lundi 3 Juillet 2017 à 15:28 | Lu 188 fois | 0 commentaire(s)


Ouverture de conscience

L'aigle est un des symboles du 3è oeil : vision, hauteur, lucidité, élévation
L'aigle est un des symboles du 3è oeil : vision, hauteur, lucidité, élévation
En occident aujourd’hui, le reiki s’enseigne en 4 degrés, à quelques exceptions près.
Lorsque le reiki est arrivé aux Etats-Unis, il s’enseignait en trois degrés uniquement, le troisième étant la maîtrise AVEC la capacité et la légitimité d’enseigner et de transmettre les initiations. Au fil du temps, il est apparu que de nombreux praticiens souhaitait intégrer totalement le reiki à leur vie quotidienne, travailler à un niveau de conscience plus élevé, canaliser un flux plus puissant de guérison holistique, SANS pour autant désirer enseigner et retransmettre. C’est pourquoi le degré a été scindé en deux. Parfois on les nomme 3a et 3b, parfois on les nomme 3 et 4. Au Japon, leurs noms sont Shinpiden et Shihan. Personnellement, je les distingue par les termes suivants : maître-praticien et maître-enseignant.

Le troisième degré est celui de la conscience. Il s'intègre au niveau du troisième œil et les initiés témoignent souvent, pendant le processus d'initiation au troisième degré de visions liées à la couleur bleue indigo qui est la couleur de ce chakra.
Le reiki circule désormais librement en vous, apportant équilibre, guérison et mieux-être exactement là où il en est besoin.

Votre sagesse et votre écoute intuitive se développent de façon exponentielle. Vous êtes "branchés" en permanence. Vous pouvez vous surprendre à prononcer des phrases sans qu'elles se soient formées au préalable dans votre cerveau gauche. Elles peuvent désormais arriver sans intermédiaire de votre cerveau droit, cette part de vous dont la pensée est créative, globale, directe, connectée, non séparée.

Vous recevez dans vos mains deux nouveaux symboles.

Vous apprenez à procéder à l'envoi de soins collectifs et vous intégrez de nouveaux outils.

Votre résistance physique, vos défenses immunitaires, votre vitalité sont décuplées.

Vous vous détournez plus facilement de ce qui est mauvais pour vous, et ce qui est important pour votre évolution se met en place sans effort, à condition que vous l'acceptiez. Au 3è degré, on vous demande de lâcher vos peurs et vos rancoeurs, afin de vous sentir plus légers pour monter plus vite et sans forcer.

Les énergies sont à votre disposition, pour peu que vous alliez y puiser.

REIKI III

Maitre de qui de quoi ?

Commençons par nous entendre sur les termes. Maître ça veut dire quoi ? Le terme Maître tel que nous l’utilisons dans l’enseignement du reiki ne correspond ni à la conception japonaise où le maître est l ‘équivalent de certains saints chez nous ou de certains grands mystiques. Ni à la conception étriquée à la française du maître qui commande et a autorité sur toutes choses, du tyran domestique.
Nous utilisons le terme Maître au sens de maîtrise. C’est à dire avant tout maître de soi-même. Maître de sa propre vie, conscient de ses choix et des implications de chaque pensée, chaque mot prononcé, chaque geste posé. Il va de soi que cette « maîtrise » là n’est ni acquise une fois pour toutes après une initiation quelle qu’elle soit, ni garantie par un morceau de papier cartonné appelé « Diplôme ». Vous serez maître si chaque jour vous remettez en question votre maîtrise. Si chaque jour vous vous demandez si vous méritez de l’être. Si chaque jour vous menez le processus de maîtrise à son terme et si vous en sortez victorieux. Echouer n’est pas dramatique. Le processus est plus important dans cet apprentissage que le résultat.
Soyez maître et non pas esclave. Maître de vos émotions et non pas esclave, et c’est là que les deux premiers idéaux du reiki prennent tout leur sens : « je me libère de toute colère » et « je me libère de toute peur ». C'est à dire je ne suis pas esclave de mes peurs et de mes colères. Maître au sens de conscient. Maître au sens de libre. En effet, on n’est libre que si on a le choix. Et pour avoir le choix, il faut être conscient des processus à l’œuvre et des alternatives possibles. Il faut être ouvert.
C’est pourquoi on considère que, après le premier degré qui s’intègre au niveau physique et le deuxième degré qui s’intègre au niveau mental/émotionnel, le 3a s’intègre au niveau de la Conscience. Plus tard, le 3b (ou 4è degré) se manifestera au niveau de la spiritualité et du chakra couronne.
Il s’agit enfin du Maître au sens de maître charpentier, maître maçon, maître pâtissier. Celui qui maîtrise les gestes et les techniques. Celui qui les applique avec discernement, art et passion.

Profitons-en pour préciser qu'en Reiki, il n'y a pas de prérogative, de passation de pouvoir ou de "grand maître".

Notre maître originel, Mikao Usui, a transmis le Reiki, et la légitimité à l'enseigner, à travers une démarche initiatique, de maître à initié. Du moment que ce principe est respecté, et que le contenu est transmis sans être dévoyé, chacun est libre et responsable, de son cheminement, de son positionnement en tant que maître, de sa façon d'enseigner. Aucune subordination à qui que ce soit.

Le reiki est une source

Imaginez une source en montagne. Il n’y a rien avant. C’est de là que l’eau part. C’est là que tout prend naissance. La source ne se soucie pas des hommes. Elle EST et elle dispense ses bienfaits sans discontinuer. Les hommes parfois font des captages car ils souhaitent bénéficier de ces bienfaits. Imaginez maintenant que ce captage soit abandonné, oublié. Petit à petit, il est envahi de ronces et de maquis. La terre, les résidus d’herbes en décomposition, des cailloux plus ou moins gros viennent obstruer la canalisation qui amène l’eau aux hommes en plusieurs endroits. Si à l’autre bout de la canalisation, quelqu’un essayait d’obtenir de l’eau, il serait très déçu. Peut-être un filet d’eau arriverait à la sortie, et de bien mauvaise qualité : inutilisable !
Pourtant, la source est toujours la même et le captage, le branchement initial existe toujours. Ce ne sont pas eux qui sont à l’origine de cette piètre qualité. C’est uniquement la canalisation et la propreté du captage.
La source préexiste à l’intervention humaine, tout comme l’énergie universelle que l’on nomme Reiki. La source est là, disponible pour tous, sans jugement et sans condition. Il faut juste se donner la peine de créer le branchement et d’entretenir la canalisation. De même, le reiki est disponible à l’infini, que l’homme s’en saisisse ou non. La seule différence entre la source de nos montagnes et le reiki, c’est que la première est une source physique, qui étanche la soif de notre corps physique, tandis que le reiki est une source spirituelle, qui étanche la soif de notre âme. Les deux sont énergie, mais à un niveau vibratoire différent.

Question de décision

Le reiki est le même pour tous et il est disponible pour tous ceux qui DECIDENT de s’y brancher. Pour filer la métaphore, vous allez me répondre que n’importe qui ne peut pas s’improviser ingénieur et aller installer un branchement n’importe où, n’importe comment. Il faut des connaissances, une certaine expérience, bref, une légitimité.
Et vous aurez raison ! C’est pour cela que la connexion au reiki passe par l’initiation. Quelqu’un qui a reçu la connaissance requise pour cela, qui en a l’expérience et la légitimité (comme pour l’ingénieur, un titre ou un diplôme qui valide sa compétence dans ce domaine précis et qui est reconnu par ses pairs), va vous accompagner pour créer le branchement à la source. Mais la décision, c’est la vôtre. Et la canalisation……… C’est vous. C’est pourquoi il est de votre responsabilité d’être toujours un canal clair, sans résidus, sans impuretés, afin que le débit et la qualité de l’eau à la sortie soient de même nature que tout en haut, au niveau du branchement à la source.
C’est cette responsabilité qui fait la différence entre un praticien et un simple initié. Ce dernier va progressivement « perdre » le contact avec le reiki et avec ce branchement, en laissant son canal être obstrué par toutes sortes de débris énergétiques, dont la vie occidentale en général et la société de consommation en particulier sont très productrices.
On peut passer le premier degré et pratiquer très peu. On peut passer le deuxième degré et ne pas se saisir des outils merveilleux qu’il propose.
La question ne se pose plus à partir du 3e degré. Si on décide de franchir ce palier, c’est qu’on est décidé à pratiquer. C’est qu’on est décidé à faire de son mieux, à chaque instant, pour rester un canal de bonne qualité, dans des vibrations élevées. Souvenez-vous « Juste pour aujourd’hui, je fais de mon mieux ». Si on prend la décision de passer le 3è degré, c’est qu’on est décidé à entretenir ce lien privilégié qui nous unit à la source. On ne fait pas le 3e degré pour faire bien. Pour faire joli. Pour avoir un diplôme. Le 3e degré, il se passe tous les jours à partir du moment de l’initiation. Il se reconquiert tous les jours. On ne peut pas être autre chose que « maître-praticien ».

Etre maître c'est être conscient

REIKI III
Au troisième degré, vous êtes conscient des responsabilités qui sont les vôtres. Chaque fois que vous acceptez de prodiguer un soin, de porter votre attention sur quelqu'un ou sur un problème que l'on vous présente, cette seule "orientation" de votre énergie suffit à mettre en mouvement ces forces qui vous dépassent. Le Maître le sait et lorsqu'il dit "oui", il est conscient qu'il s'engage totalement dans le processus de guérison pour lequel on l'a sollicité. Même si ce processus peut commencer à son insu. A partir du 3è degré il peut vous arriver fréquemment, après avoir été sollicité pour une intervention à distance et avoir donné votre accord, que la personne en question vous téléphone juste avant que vous commenciez le soin pour vous remercier car elle se sent beaucoup mieux et/ou n'a plus aucune douleur ! Du moment que les énergies ont obtenu votre accord et celui du receveur, elles se mettent au travail, exactement là où il y a besoin, aussi longtemps qu'il en est besoin. Ce n'est pas de la magie. C'est la puissance de l'intention couplée à la clarté de la conscience. De ce fait, le Maître est aussi capable de dire "non". Ou "pas maintenant". Le Maître ne cherche palus à prouver (à faire ses preuves), il est donc plus à l'écoute de ses ressentis, de sa petite voix intérieure, des messages véhiculés par son corps. Et il y a une règle universelle qui fonctionne ici aussi : "plus on écoute quelqu'un, plus il se sent en confiance pour parler, plus il parle". C'est pareil pour le corps. C'est pareil pour les corps subtils. C'est le même processus avec ce qu'on appelle l'intuition. Plus vous êtes à l'écoute, plus vous recevrez d'informations et plus elles seront précises et fiables.
Au 3è degré, quoiqu'on décide de faire, on le fait en conscience, en autonomie et en responsabilité.



Nouveau commentaire :


Holistique ? Qu'est-ce que ça veut dire ?







Les 3 leçons de la bougie

05/04/2018 - Livia D'Angelo

Les guides de lumière, brève introduction

15/01/2018 - Livia D'Angelo

Purification des espaces

29/10/2017 - Stephanie Saujot

REIKI III

03/07/2017 - Hélène Susini






Partager ce site



Liste de liens