Menu

Détox en détail


Rédigé le Mardi 6 Juin 2017 à 15:38 | Lu 244 fois | 0 commentaire(s)

Les cures détox, habituellement menées au printemps et à l'automne, sont précieuses pour quiconque est soucieux de sa santé et de son équilibre.


Une détox, pourquoi ?

Nos organismes sont en permanence encrassés plus que de raison par :
  • Une alimentation moderne trop riche, trop transformée, acidifiante pour l’organisme
  • Des stress répétés qui augmentent la production de toxines
  • Un système digestif perturbé entraînant une accumulation de nutriments imparfaitement digérés qui stagnent dans les intestins et un déséquilibre au niveau du microbiote
  • Un volume critique de substances toxiques introduites volontairement (tabac, alcool, drogues…) ou non (pesticides, additifs alimentaires, résidus de produits ménagers) dans l’organisme
En temps normal, avec un volume de déchet normal et des organes d’élimination en bonne santé, le travail de nettoyage de nos éboueurs naturels, les émonctoires (les reins, les intestins, le foie, les poumons, la lymphe, la peau) se fait tranquillement, sans avoir besoin d’aucune aide et sans que nous en ayons conscience. En revanche, lorsque, pour diverses raisons, l’organisme est affaibli et ne parvient plus à traiter les déchets, ou lorsque tout simplement les déchets dépassent la capacité de traitement de l’organisme, il y a engorgement, surcharge, et ça déborde. L’organisme, qui tente en vain de tout nettoyer et n’en a jamais terminé s’épuise. C’est pourquoi le premier symptôme d’une surcharge est la fatigue chronique (autres symptômes possibles : problèmes de mémoire et de concentration, troubles digestifs, maux de tête, douleurs de type inflammatoire sans cause identifiée, problèmes de peau : teint brouillé, point noirs, boutons, etc).
La cure detox consiste à alléger son organisme (et non pas à l’affamer) pendant 3, 5, ou 7 jours, pour lui permettre de se reposer et repartir sur de bonnes bases. Evidemment, si on surcharge son organisme 360 jours par an, une cure detox, une ou deux fois par an sera strictement inutile, voire dangereuse. Dans ce cas, mieux vaut réfléchir à une réorganisation en profondeur de sa façon de s'alimenter.

Bien se préparer

Notez sur un carnet ou sur votre agenda le jour prévu pour débuter la cure. Votre corps et votre psyché doivent collaborer pour votre plus grand bien. Sauf que parfois (trop souvent dans nos sociétés modernes), comme dans un couple, le dialogue est rompu, on ne se comprend plus, on boude et les informations importantes ne circulent plus. Si vous voulez obtenir le maximum de bienfaits de votre cure, ne l'imposez pas à votre corps comme si c'était une punition. Au contraire, soyez conscient, jusqu'au bout de votre être, que c'est pour vous faire du bien sur tous les plans, que vous prenez soin de vous, et que toutes les parties de votre être en bénéficieront. Le fait de noter scelle une sorte de pacte entre votre psyché et votre corps. Notez le début et la fin. Notez précisément ce que vous souhaitez supprimer et ce que vous vous autorisez. Les clés que je vous donne dans cet article ne sont que des pistes. A vous de sentir ce qui vous convient le mieux. Peut-être que cette fois-ci, vous aurez une tolérance beaucoup plus grande que ce que je préconise, ce qui vous permettra d'y aller progressivement, et de faire une cure plus profonde la prochaine fois. C'est peut-être exactement de cela que votre corps a besoin. Ou bien au contraire, votre corps dit vraiment stop, et malgré quelques effets secondaires, il a envie d'y aller  fond parce qu'il ne veut plus être empoisonné et il vous le fait savoir ! Notez également pourquoi vous avez envie de faire cette cure, pourquoi maintenant... Et enfin notez précisément quelques bienfaits observables et mesurables attendus (par exemple : mieux dormir, se lever reposé, être moins irritable, un teint plus clair, etc). Si vous ne vous êtes jamais penché sur votre alimentation, il peut être intéressant de noter également des idées de légumes à cuisiner, des recettes, la liste des courses à faire, éventuellement l'ensemble des menus pour les quelques jours de cure.
Faites coïncider avec une période de nouvelle lune ou de pleine lune.
Notez tous vos écarts au fur et à mesure, chaque jour. Cela vous permettra de comprendre, le cas échéant, pourquoi vous n'obtenez pas les résultats escomptés. Ce n'est pas grave, vous ferez mieux la prochaine fois.
Trouvez un compagnon de détox, pour vous motiver et vous encourager mutuellement.

En pratique

Détox en détail
Quelques jours avant :
- supprimer les sucreries, les céréales du matin industrielles, les gâteaux, barres chocolatées et galettes du commerce (vous pouvez encore manger un gâteau fait maison, en diminuant toutefois les proportions de sucre de la recette et sans produits laitiers animaux)
- supprimer tous les produits laitiers
- supprimer la viande rouge 

La veille :
- Buvez beaucoup, ne mangez rien d'industriel, ne buvez pas de café

Pendant la cure :
Supprimer totalement les grands empoisonneurs :
  • Farines blanches et autres céréales raffinées
  • Sucre blanc et sucre roux raffinés (à savoir : le sucre roux n’est pas du sucre complet, c’est du sucre blanc caramélisé)
  • Graisses trans ou hydrogénées (surtout pas de fritures, ni de margarines végétales non bio)
  • Pesticides et autres résidus de produits chimiques, additifs et colorants alimentaires, aspartame etc
  • Poisons identifiés : tabac, alcool, drogues
Limiter les encrassants et leur substituer des aliments protecteurs ou purifiants :
  • Le gluten (Blé, Avoine, Kamut, Orge, Seigle, Epeautre) : préférez la farine de Sarrazin, la farine de maïs, la fécule de pomme de terre, le millet et remplacez vos sacro-saintes pâtes par du quinoa, du riz basmati, des lentilles corail, de la purée de pois chiches, des purées de légumes racine (patate douce, carotte, radis noir), des cucurbitacées (potimarron au léger goût de châtaigne, courge butternut, etc)
  • Le lactose : toutes vos recettes peuvent être adaptées en remplaçant le lait de vache par du lait végétal et le choix est vaste.
  • Les protéines animales (le processus de dégradation permettant de rendre les acides aminés disponibles engendre la libération d’azote et d’ammoniac entre autres, acidifiants et aux effets délétères, notamment sur le cerveau et sur l'humeur) : remplacez-les par les protéines végétales, pensez en particulier aux oléagineux (pensez à les faire tremper avant de les consommer) et profitez-en pour découvrir les bienfaits des graines germées !
  • Le sucre raffiné. N e sucrez que ce qui est vraiment indispensable et utilisez pour cela du sucre complet, portant la mention expresse "non raffiné". Comme vous supprimez les yaourts et que vous limitez le café, ça devrait déjà diminuer. Si vous faites un gâteau pour votre petite famille, vous pouvez en consommer. Le miel est admis également (à condition de venir d'un petit producteur labellisé bio et/ou AOC), de même que les fruits secs (faites une recherche avec les mots-clés "gâteau cru" et vous verrez que détox peut être synonyme de gourmandise !) Essayez de supprimer ou de limiter fortement les confitures. Même faites maison, elles sont en général élaborées à partir de sucre spécifique raffiné et très transformé.
  • La caféine et la théine peuvent être consommée, mais pour soutenir la détox et éviter de surfatiguer le foie, on conseille de diminuer de moitié les quantités.

Bon mais alors on mange quoi ?

  • Des fruits de saison, bio, à volonté, de préférence le matin, en dehors des repas, ou juste avant (dans cet ordre de préférence), pour booster le système immunitaire et donner un coup de fouet en vitamines. Evitez les jus sauf si vous disposez d'un extracteur.
  • Des légumes racines, bio : n'hésitez pas à acheter des légumes que vous ne connaissez pas, ils ne vont pas vous manger. Vous les coupez en cubes moyens, vous les faites cuire au bouillon (ça permet de surveiller la cuisson, c'est comme pour les pommes de terre, quand la pointe du couteau s'enfonce tendrement dans la chair, c'est cuit) et ensuite vous les accommodez à votre goût : purée avec plusieurs légumes, poêlés avec des herbes, épices et de l'huile d'olive, dans une sauce coco-curry, dans une salade chaud-froid ou un bol de bouddha, avec une sauce rouge comme en ragoût, etc. Les pommes de terre, les carottes et les poireaux restent la base.
  • N'ayez pas peur des pommes de terre ! Elles ne font pas grossir et sont quasiment le seul féculent alcalinisant (c'est à dire qui permet de rééquilibre le système acide-base du corps en compensant les effets acidifiants de l'alimentation moderne). Prenez-les bio pour éviter les traitements anti-germinatifs après récolte et cuisinez-les à la vapeur avec la peau (ce qui permet de contenir l'indice glycémique, contrairement aux autres modes de cuisson). Une fois cuites, vous pouvez les faire dorer à la poêle et les mélanger à d'autres légumes ou les accompagner d'une sauce, rouge ou blanche.
  • Du radis noir. Certes c'est parfois très amer, quand on le cuit. Mon astuce pour cela est de le cuire dans du lait de coco et pas dans l'eau. Surtout prenez-le bio, car les pesticides augmentent cette amertume. Vous pouvez aussi le mélanger à un légume plus doux tel que potimarron ou patate douce. Idée repas : une purée de radis noir/lait de coco (bien salée et avec une pointe de gingembre moulu) + une purée de potimarron aux épices (cumin, curcuma, coriandre, avec une cuillère d'huile d'olive) et vous présentez vos purées en duo blanc/orange dans des jolis ramequins en terre cuite. Si vous devez ajuster la consistance, utilisez de la crème végétale (soja, amande ou coco). Vous pouvez même les faire gratiner légèrement au four en remplaçant la chapelure par un mélange d'oléagineux concassés (noisettes, amandes, sel) ou par du gomasio (sésame+sel broyés). Personne ne croira que c'est un repas détox !
  • Des avocats : riches en bonnes graisses, ils calent bien !
  • Des crudités râpées, bio : concombre, carottes, céleri, radis noir, navet violet, avec ou sans mayonnaise (maison évidemment ! Oui la mayonnaise maison, si elle est faite avec une huile bio de première pression à froid est autorisée pendant la détox). Idée apéro détox, tartinade de crudité : mixez vos crudités toutes ensemble, avec sel, herbes, huile d'olive, une gousse d'ail et/ou la moitié d'un oignon, ajoutez de la purée d'amande jusqu'à obtenir la consistance d'une terrine. Goûtez et ajustez sel et herbes ou épices. Vous pouvez ensuite ajouter des graines de sésame, graines de tournesol, et vous pouvez utiliser des graines de chia pour modifier la consistance si celle-ci est trop liquide (les graines de chia vont absorber une partie de l'humidité et redonner de la texture). Cette tartinade se marie délicieusement avec le pain des fleurs, léger et sans gluten.
  • Des légumineuses, bio toujours puisque on essaie de nettoyer aussi l'organisme de tous les pesticides et perturbateurs endocriniens accumulés : lentilles, lentilles corail, haricots rouges (base de boulettes végétales qui ressemblent à des boulettes de viande et qui sont délicieuses), haricots blanc, pois chiches, pois cassés, quinoa.
  • Des céréales sans gluten : riz, sarrazin, millet.
  • Des farines sans gluten pour les gâteaux ou cakes : farine de riz, de sarrazin, de châtaigne, mais aussi farine de lentille, de pois chiches, de maïs, farine de lupin (très riche en protéines, elle remplace aussi les œufs) et bien sûr tous les amidons (type maïzena) : amidon de pomme de terre, arrow root, amidon de maïs. Pour le sucré, pensez à la farine de coco, aux poudres d'amandes et de noisettes, les gâteaux sans farine sont extrêmement moelleux et agréables.
  • Des oléagineux, des fruits secs
  • Des huiles bio, vierges, de première pression à froid, en variant, sans restriction : huile d'olive, de noix, de lin, de cameline, de noisette, d'avocat...
  • Des œufs, du poisson, des fruits de mer, si vous n'êtes pas vegan.

BONUS Mes astuces détox

Graines de chia
Graines de chia
  • Boire beaucoup : les tisanes de pissenlit, de bardane, ou de gentiane sont utiles
  • La cure de jus de bouleau vient soutenir la détox : très diurétique, attention en cas de problèmes rénaux, et surtout boire beaucoup plus que d'habitude pour compenser le liquide éliminé.
  • Le radis noir en ampoules
  • Faire une promenade quotidienne dans la nature et/ou une mini séance de yoga au saut du lit. C'est le moment de se mettre à la pratique des 5 tibétains, des exercices spécifiques qui sont accessibles à tous et redonnent au corps souplesse, tonicité et vitalité.
  • Respirer, respirer, respirer
  • Au réveil, prendre un grand verre d’eau tiède citronnée (citron frais non traité)
  • Consommer des graines de chia : légèrement mucilagineuses elles vont réguler en douceur le transit tout en augmentant votre ration d’omega 3, de vitamines du groupe B et de fer
  • Augmenter la consommation d’Acides Gras Essentiels poly insaturés (huile de noix, huile de colza, non chauffées)
  • Aromathérapie : huile essentielle de bugrane
  • Hydrolathérapie : eau florale de genévrier ou d’immortelle de Corse (1 cuillère à soupe matin et soir ou bien 4 cuillères à soupe dans un litre d'eau de source à consommer dans la journée)
  • Fleurs de Bach : Crab Apple ; 



Nouveau commentaire :